Pollution de l’air et inégalités sociales : 10 informations à retenir

https://reseauactionclimat.org/pollution-de-lair-et-inegalites-sociales-10-informations-a-retenir/

A l’occasion de la journée nationale de la qualité de l’air, le Réseau Action Climat et UNICEF France montrent dans un rapport que la pauvreté accroît la vulnérabilité des enfants à la pollution de l’air extérieur. Résumé des 10 informations à retenir sur la pollution de l’air et les inégalités sociales.

En France, plus de trois enfants sur quatre respirent un air pollué.

1.Ce chiffre important s’explique par une exposition à la pollution de l’air plus importante dans les villes où vivent la plupart des enfants. 

2.Cette pollution de l’air à des conséquences graves sur la santé, elle est responsable de près de 47 000 décès prématurés par an en France.

Le trafic routier, première cause de la pollution de l’air

3.Avec près de 63% des émissions d’oxydes d’azote (NOx) et 18% des émissions de particules fines (PM2.5), le trafic routier est l’une des principales sources de pollution de l’air. Ces pourcentages sont bien plus élevés dans certaines grandes villes telles que Paris (58% des émissions de PM2.5). Le transport routier est aussi le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre.

Les enfants, premières victimes de la pollution de l’air

4.Les enfants sont les premiers touchés par la pollution de l’air en raison notamment de l’immaturité de leurs organismes et de leur fréquence respiratoire 1,5 fois plus élevé que celle des adultes. Cette exposition à la pollution de l’air peut entraîner des problèmes respiratoires et immunitaires, mais aussi des pathologies telles que le diabète, l’obésité ou la dépression. La prévalence de l’asthme (vie entière) chez les enfants a ainsi augmenté de 12% entre 2005 et 2012. Or, les conséquences de ces pathologies se prolongent au-delà de l’enfance et vont affecter leur santé de façon croissante au cours de leur vie d’adulte …

La pauvreté, un facteur aggravant face à la pollution de l’air

5.Certains facteurs tels que la pauvreté renforce la vulnérabilité des enfants et de leurs parents à la pollution de l’air. Une étude française a ainsi montré qu’à Paris les habitants les plus pauvres risquent 3 fois plus de mourir d’un épisode de pollution que les habitants les plus riches

6.En effet, les populations les plus pauvres sont susceptibles de cumuler plusieurs expositions néfastes (pollution de l’air extérieure, pollution de l’air intérieur, plus forte exposition au bruit, à la chaleur, etc.) car elles peuvent plus difficilement se soustraire à des conditions de vie défavorables faute de ressources suffisantes. 

7.Plusieurs études ont aussi rapporté une tendance constante selon laquelle les zones socio-économiquement défavorisées disposent de moins d’espaces verts, de parcs, d’aires de jeux et de loisirs, ou d’autres ressources susceptibles de contrebalancer des conditions de vie moins favorables.

8.Les enfants pauvres sont ainsi victimes d’une double peine : ils sont plus vulnérables à la pollution de l’air en tant qu’enfant et cette vulnérabilité est exacerbée par leur statut socio-économique et celui de leurs parents.

Un problème sous-estimé par les politiques publiques

9.Malgré cette vulnérabilité accrue chez les enfants pauvres, peu de politiques publiques prennent véritablement en compte ces désavantages. La distribution des bénéfices sanitaires des politiques de lutte contre la pollution de l’air  en fonction de la catégorie socio-économique et de l’âge est par exemple très peu considérée.

10. Face à ce constat, des solutions existent

  • Renforcer la prise en compte des enjeux sociaux dans l’élaboration des politiques de lutte contre la pollution de l’air : notamment dans les études d’impact et généraliser les évaluations a posteriori des impacts sociaux ; faciliter l’accès aux données de pollution atmosphérique ; etc.
  • Appliquer les exigences de justice sociale aux mesures de réduction du trafic routier : dans le cas de la mise en oeuvre des zones à faibles émissions (zones dans lesquelles la circulation des véhicules les plus polluants est interdites afin de lutter contre la pollution de l’air, s’assurer que les bénéfices sanitaires profitent à tous ; dans le cas des rues scolaires (fermeture de manière temporaire ou ponctuelle des abords des établissements scolaires) , faire bénéficier en priorité les écoles les plus exposées et les enfants les plus vulnérables de ces aménagements ; etc.
  • Accompagner socialement les changements de mobilité : Investir davantage  dans l’offre de transport en commun ; augmenter les investissements en faveur du vélo via le  “fonds vélo” qui permet par exemple de financer les pistes cyclables à hauteur de 500 millions d’euros par an pour accompagner le développement du vélo sur tous les territoires ; renforcer la prime à la conversion des voitures essence et diesel vers une voiture moins polluante pour les ménages les plus modestes ; renforcer l’accompagnement et le conseil en mobilité  ; etc.
  • Mieux protéger la santé des plus jeunes en renforçant les exigences applicables aux établissements recevant des enfants : s’assurer que les nouvelles constructions des bâtiments recevant des enfants soient à distance des sources d’émission de polluants atmosphériques, (notamment du trafic routier) ; sécuriser les trajets domicile-école ; etc.
  • Améliorer la prise en compte des enfants dans l’élaboration des politiques de santé environnementale : renforcer la prise en considération des 1000 premiers jours (la période de la conception jusqu’au 2 premières années de la vie après la naissance) comme fenêtre de grande vulnérabilité ; renforcer le rôle et le budget des services de Protection maternelle et infantile (PMI) pour améliorer le suivi des femmes enceintes et des enfants ; etc. 

Le lien « Fratelli Tutti-Laudato SI »

Hélène Noisette est soeur auxiliatrice du CERAS.
Elle nous explique les principaux éléments abordés par le pape François dans son encyclique « Fratelli Tutti », qui porte « sur la fraternité et l’amitié sociale ».
Elle souligne le lien avec « Laudato Si », l’autre encyclique du pape sur l’écologie intégrale.

L’agriculture régénératrice

L’agriculture régénératrice, philosophie de la terre venue des Etats-Unis, se base sur un principe simple et pourtant encore peu appliqué : remettre l’environnement et le bien-être de l’agriculteur au centre des pratiques agricoles. 

Le labourage des terres, l’utilisation de pesticides, ou encore l’importation de produits liés à la déforestation pour nourrir les animaux comme le soja sont des pratiques agricoles qui participent à la dégradation des écosystèmes. En se tournant plus vers les sols et ceux qui s’en occupent au quotidien, l’agriculture régénératrice offre la perspective d’une agriculture résolument plus durable et plus humaine. 

Arnaud Gauffier, Directeur des programmes au WWF France, Éric Soubeiran, Directeur Général du Fonds Danone pour l’Écosystème et Damien Lecuir, Producteur laitier et céréalier en transition vers l’agriculture régénératrice nous racontent comment cette nouvelle manière d’appréhender la terre permet plus de résilience pour les terres, les Hommes et les animaux.

Passer au zéro déchet

C’est une conséquence de notre mode de consommation frénétique. Un Français produit environ 600 kilos de déchets par an, soit presque deux fois plus qu’il y a dix ans. Il y a donc des habitudes à changer. Des familles ont décidé de relever le défi : diminuer drastiquement leur quantité de déchets produits au sein de la maison. Faire ses courses avec des bocaux en verre pour éviter les emballages, acheter exclusivement des vêtements d’occasion, réparer son électroménager pour ne pas le remplacer… Vont-elles tenir le choc ? Comment vont-elles réussir à appliquer ce principe du « zéro déchet » lors d’événements familiaux par exemple ? Quelles solutions sont à leur disposition pour vraiment y arriver ?

SAVIEZ-VOUS QU’UN T-SHIRT PARCOURT PLUS DE 40.000KM AVANT D’ARRIVER DANS VOTRE ARMOIRE ?

L’industrie de la mode est la seconde industrie la plus polluante au monde. Juste derrière l’industrie pétrolière.
Les vêtements sont responsables de l’émission de 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année.
Ce chiffre ne vous dit rien ? C’est plus que l’ensemble du trafic aérien et maritime mondial réunis…
Des fabricants s’engagent sur une production plus bio, plus locale, plus durable…

Agri-Éthique : Label Français du Commerce alimentaire Équitable

Agri-Éthique est un nouveau modèle de commerce plus solidaire des agriculteurs français. La démarche est née en 2013 dans une période de trouble et d’instabilité agro-économique. A cette époque la société prend conscience que les exploitations de nos régions sont menacées. Les producteurs peinent à se rémunérer et à couvrir leurs charges de production. De fait, ce sont les « filières » agro-alimentaires qui sont menacées et avec elles des milliers d’emplois. Il faut donc imaginer un nouveau modèle économique, plus cohérent et plus juste, capable de recréer du lien entre toutes les parties prenantes. C’est la naissance d’Agri-Éthique.

La démarche s’est structurée et organisée pour garantir à travers son label, le revenu des agriculteurs, préserver l’emploi dans nos régions et soutenir les pratiques sociétales et environnementales éco-responsables.

Sauvez la planète avec votre boîte mail éthique

La plupart d’entre nous pense que recevoir des informations par mail fait plus de bien à la planète que l’envoi papier. Et pourtant, ce n’est pas forcément une vérité, notamment si vous utilisez une solution localisée à l’étranger. Il existe aujourd’hui des outils d’emailing plaçant la protection de l’environnement au cœur de leurs pratiques. Découvrez les solutions de boîte mail éthique

Ecomail, un exemple de service mail ethique

Banques : des engagements climat à prendre au 4ème degré

Oxfam France publie un nouveau rapport intitulé « Banques : des engagements climat à prendre au 4ème degré » et lève le voile sur l’empreinte carbone colossale des banques françaises en analysant les émissions de gaz à effet de serre issues des activités de financement et d’investissement des six principales banques françaises, et en leur attribuant une « température ».